Groupe Etudiant Autonome

L’éducation de demain, quoi qu’il arrive vous appartient !

  • Accueil
  • > Recherche : mandat imperatif

20 mars, 2008

Profession de foi du GEA

Classé dans : — groupeetudiantautonome @ 14:11

Logo

 Profession de foi du groupe étudiant autonome

Pour le GEA, les syndicats censés nous représenter, déforment la volonté des étudiants. En effet, le mouvement anti-LRU en a encore été une illustration. C’est donc en rupture avec cette forme de syndicalisme que nous entendons défendre les intérêts des étudiants picards. Que ce soit au Conseil d’Administration (CA), au Crous, ou encore au Conseil Etudiant de
la Vie Universitaire (CEVU), tous nos futurs élus s’engagent d’ores et déjà à re mettre leur pouvoir dans les mains d’Assemblées Générales étudiantes. En se soumettant aux décisions de celles-ci,
nos représentants seront alors de véritables porte-paroles de la voix étudiante.  

Nous défendons la démocratie directe et le mandat impératif. 

Cette méthode aura l’avantage : 

- de renforcer la représentativité des étudiants picards grâce à la place centrale qu’occupera le débat dans nos prises de décisions, 

- d’initier une culture de la transparence dans le milieu syndical,  

- d’améliorer la qualité des dossiers montés et la pertinence des revendications portées par GEA. 

Une méthode : la démocratie directe, un programme : la solidarité active. 

Le LOGEMENT sera notre priorité, parce que l’on ne peut laisser des individus vivre dans les conditions actuelles. Nous parlons ici de la misère profonde de certains étudiants, mais également de la pénurie des logements étudiants ainsi que de l’état de délabrement avancé d’une bonne partie du parc immobilier qui nous est proposé.   

L’accès à l’éducation pour tous : nous revendiquons la mise aux normes des locaux pour les étudiants handicapés ainsi que leur intégration au sein de la vie universitaire. 

Nous mettrons en place un véritable plan de lutte contre les discriminations sociales, principal facteur du très fort taux d’échec des étudiants. 

Nous travaillerons à ce que les droits et les conditons d’accès à l’enseignement supérieur soient les mêmes pour tous les étudiants, et ce par delà les différences de nationalités. 

Ces mesures sont les bases de notre engagement collectif et évidement notre programme sera élargi en fonction des idées apportées lors des AG. Conscients du défi qui nous attend, c’est avec vous que nous voulons faire vivre notre université, pour travailler ensemble à l’égalité et à la réussite de tous les étudiants. 

Le 31 mars et le 1er avril, contre les logiques et les manœuvres syndicales, choisissez la démocratie directe 

 L’éducation de demain, quoi qu’il arrive, vous appartient ! 

Le GEA               

20 février, 2008

Le mandat impératif

Classé dans : — groupeetudiantautonome @ 1:12

Le mandat impératif désigne un pouvoir octroyé à un élu dans lequel ses décisions sont liées à un ensemble d’instructions obligatoires auxquelles il ne peut déroger. Il s’oppose au mandat représentatif dans lequel les élus peuvent faire des choix sans avoir à rendre des comptes aux mandants.

Le GEA se réclame du mandat impératif et de la démocratie directe, système qui est tout à fait réalisable lorsqu’il régit un petit nombre d’intéressés. Ce qui est le cas pour les étudiants de l’UPJV. Ainsi les orientations que les élus suivront seront décidées en AG ou chaque étudiant pourra émettre son avis.  Les élus du GEA ne feront que retranscrire les décisions votées en AG  devant l’administration.  Bien entendus les doléances doivent etre réalisables (exemple : demander à ce que les étudiants touchent un salaire de disons 1000 € ne pourra (malheureusement) pas être pris en compte).

Les principales motions que déposera le GEA concerneront les rénovations des logements étudiants, l’accès des locaux aux étudiants handicapés, l’intégration des étudiants étrangers, la facilité d’accès à la culture,…

L’intérêt de la démocratie directe est de promouvoir la cohésion des décisions et la participation de tous à l’avenir de notre éducation.

Pourquoi pensons-nous qu’il est important d’utiliser le mandat impératif ?


Si l’on en croit nos hommes politiques et les médias, la seule « bonne » démocratie est la démocratie représentative. Des individus sont élus à bulletin secret. Ils sont mandatés par leurs concitoyens pour les représenter. Une fois élus, nos représentants peuvent exercer leur mandat comme bon leur semble avec des dérives que nous connaissons (faire quelque chose, voter quelque chose qui est contraire aux promesses faites aux citoyens, absentéisme dans les assemblées représentatives…).

Aujourd’hui, notre démocratie représentative n’est plus du tout… représentative.

Prenons un exemple qui n’est malheureusement pas isolé : celui de la composition de l’Assemblée Nationale.

 Sous la IVème République, les députés dont la première profession était ouvrier ou employé représentaient environ 20% de l’hémicycle, alors qu’ils représentaient 58% de la population active. En 1978, ils n’étaient plus que 8% sur 55% de la population active. En 2002, il y avait 2% d’ouvriers et d’employés parmi les élus de l’Assemblée Nationale, alors qu’ils représentent 54% de la population active ! En 2007, ce chiffre a encore diminué.

Le système de vote tel qu’il est pratiqué à l’heure actuelle engendre une domination de plus en plus forte des classes dominantes sur les classes dominées. Seule « l’élite » de la population serait-elle capable de prendre les décisions politiques ? Le citoyen « de base » doit-il se contenter de consommer des programmes politiques ?

N’a-t-il aucun moyen fort pour que son vote soit respecté ? Il existe effectivement une alternative : le mandat impératif.

Bien sûr, il n’y aurait pas plus d’ouvriers ou d’employés élus au Parlement, mais les députés élus seraient forcés de respecter les promesses qu’ils ont faites pour sortir vainqueurs de l’élection. Le député serait réduit à son premier rôle historique : celui de simple porte-parole. L’élu n’aurait plus la liberté de trahir ses électeurs.

19 février, 2008

Etudiant(e)s amiénois(e)s !

Classé dans : — groupeetudiantautonome @ 23:12

GROUPE ETUDIANT AUTONOME

L’université est un lieu qui manque de démocratie !


Les modes de décision sont laissés à la pointe de la hiérarchie universitaire.

La disparition du pouvoir de proposition du CEVU (Conseil de l’Education et de la Vie Universitaire), organe le plus démocratique en terme de représentativité, fait reculer la démocratie au sein de l’université !


Le conseil d’administration est l’organe détenant le plus de pouvoir, que les étudiants y soient présents est d’une grande importance, pour leur permettre d’exercer un pouvoir sur la gestion de leur université. Mais y être simplement représentés ne semble pas intéresser les étudiants au regard des taux de participation.


Ainsi, il est important pour chaque étudiant d’aller exprimer sa voix pour la désignation de leurs propres représentants, qui pour nous doivent être des portes paroles des décisions étudiantes établies en Assemblée Générale.


A travers une liste qui défendra la voix des étudiants au Conseil d’Administration, tous nos futurs élus s’engagent d’ores et déjà à remettre leur pouvoir d’élu dans les mains d’Assemblées Générales étudiantes, et de se soumettre aux décisions de celles-ci.


Les étudiants pourront donc débattre et statuer sur toutes les questions qui seront abordées dans les différents conseils.


En mars prochain, nous présenterons une liste  pour les élections du Crous et du Conseil d’Administration afin de promouvoir la démocratie directe et le mandat impératif : pour que la voix des étudiants soit entendue et respectée.

Telle est la vocation du Groupe Etudiant Autonome (GEA)



L’Education de demain, quoi qu’il arrive vous appartient !

 

Clichy sous Bois coze |
Audrey pour Chénièr |
goudarguesaucoeur |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Cantonales Meymac 2008
| Ensemble pour Chaudefonds
| Un nouvel élan pour SAINT-T...